Un départ à la retraite après 41 ans en tant que menuisier

1 Juin 2023

En avril dernier, H Agencement, filiale du Groupe H, a salué son collaborateur le plus ancien, Frédéric, qui a tiré sa révérence pour un départ à la retraite bien mérité. Pour cette occasion nous avons souhaité échanger avec lui sous forme d’interview afin de dresser un bilan de notre collaboration et de son parcours en tant que ébéniste dans l’atelier de menuiserie bois de H Agencement.

Groupe H : Parlez-nous de votre parcours professionnel.

Frédéric Grandguillaume : J’ai commencé ma carrière à la sortie de l’école. Après un CAP ébéniste, on m’a conseillé de faire mon service militaire avant ma première embauche. C’est ce que j’ai fait, et à mon retour en 1981 j’ai rapidement obtenu un CDD de 1 mois à Plastitube en tant que menuisier bois, suivi d’un CDI. Plastitube vendait du mobilier pour les particuliers, des produits standards qui pouvaient être modifiés à la demande. A l’époque nous étions 25 personnes chez Plastitube et nous faisions régulièrement de la sous-traitance pour la société Mougin Frères. C’est cette même société qui est devenue par la suite H Agencement.

En 1989, Plastitube est en liquidation judiciaire. La société Mougin Frères a alors racheté le bâtiment, les machines et le matériel, et m’a rappelé pour travailler avec eux. Cela faisait 8 ans que je les connaissais, et j’étais heureux de retrouver le même poste dans le même bâtiment, avec toutefois un travail un peu différent qui s’est étoffé avec la pose du mobilier.

GH : Comment avez-vous vécu le changement de direction avec l’arrivée du Groupe H ?

FG : Au début de ma carrière, j’occupais un poste polyvalent où j’étais amené à mesurer, tracer, couper et percer des plaques, assembler et coller du mobilier… Tout était fait manuellement. Je réceptionnais les livraisons, les déchargeais et les contrôlais. C’était une sacré responsabilité.

Lorsque H Agencement est arrivé à la direction, tout a changé. Mougin frères a été racheté par le Groupe H en 2020. Nous étions tous inquiets de changer de direction après 30 années passées avec le même patron, on ne savait pas ce qu’il allait se passer, on avait des questions. Et lorsqu’on a vu que la première chose qu’a fait la nouvelle direction a été d’engager des travaux de rénovation dans l’atelier, cela nous a rassurés. Les nouveaux dirigeants ont mis les moyens pour rénover nos espaces et améliorer notre confort avec une petite salle de convivialité, une salle de repas, de nouvelles toilettes, des bureaux, des vestiaires… On n’a rien demandé, ils ont tout fait en arrivant. Nous étions considérés, entendus.

GH : Pouvez-vous me parler de votre carrière chez H Agencement ?

FG : Lorsque les premières machines sont arrivées, j’ai été soulagé. C’était un grand changement. La direction a beaucoup investi, je n’étais plus inquiet. Avant, il fallait parfois être 4 ou 5 pour découper des planches en arrondi avec la toupie. Aujourd’hui, avec la commande numérique tout est plus simple. Nous n’avons plus qu’à faire les perçages, poser les charnières et les tourillons, faire les assemblages… C’est un confort physique, c’est la machine qui travaille ! Le Groupe H a également investi dans une scie à panneaux numérique, un palonnier à ventouses, des gerbeurs électriques, des tenues de travail, des EPI… Avant leur arrivée, avec mes collègues on se disait qu’on ne connaîtrait jamais ça dans notre carrière.

Mon travail a changé avec H Agencement. Une bonne partie de l’étude est faite au bureau. Cela nous a simplifié le quotidien, on ne cherche pas comment mettre les charnières ou les spots, tout est prévu. Le travail est fait en amont, la quincaillerie est commandée, nous avons juste à travailler le bois et à assembler le mobilier. 

GH : Quels sont les meilleurs moments que vous garderez de votre carrière ?

FG : Les trois dernières années que je n’ai pas vu passer. C’était chaque jour un plaisir de venir travailler. J’aurais voulu avoir 10 ans de moins pour en profiter un peu plus. Parfois, je me demande pourquoi le Groupe H n’est pas arrivé plus tôt. On ne pensait pas qu’il se serait passé tout ça en 3 ans !

GH : Quelles ont été vos différentes tâches à la menuiserie ?

FG : J’ai commencé par réaliser du mobilier pour les particuliers. Plastitube était expert dans la fabrication, mais pas dans la pose. Ensuite, nous avons fabriqué beaucoup de produits en série pour les banques, les mutualités, les magasins, les cabinets…  Maintenant, avec H Agencement, on réalise le projet complet. C’est un travail d’équipe, on voit le produit fini dans son environnement et ça nous rend fier. Habituellement, j’étais plutôt à l’atelier mais il m’arrivait occasionnellement d’aller sur les chantiers. Ça me changeait du quotidien, même si j’aimais bien être à l’atelier.

GH : Pouvez-vous me citer des aspects positifs liés à l’arrivée du Groupe H à la direction ?

FG : La numérisation de l’atelier, les embauches, les travaux réalisés pour le bien-être des salariés, la création d’un bureau d’étude…J’ai fait la remarque un jour à mon collègue Eric : “Oulaaa, on va être mieux !!”

GH : Et les aspects négatifs ?

FG : Je n’en vois pas. L’arrivée des machines a été quelque chose de vraiment positif.

GH : Quelles sont les qualités à avoir pour être menuisier ?

FG : Lorsque l’usinage est fait, il faut une certaine logique pour lire le plan et assembler les planches. Il faut avoir le souci du détail, c’est très important. Tout reste fragile, sensible. Il ne faut pas être brut, si on touche un mur avec l’angle d’une planche, ou si on laisse tomber un matériau, un vitrage, un miroir, c’est perdu. Tout au long de la chaîne de fabrication, il faut faire attention. La polyvalence et le savoir-faire sont également des aspects importants. Il faut se rendre disponible là où on a besoin de nous, donner un coup de main à tout le monde.

GH : Avez-vous un conseil à donner à votre successeur ?

FG : Lorsque Vincent est arrivé pour me remplacer, je lui ai dit : “tu arrives au bon moment”. Les jeunes auront peut-être une crainte au début, ils ne seront pas sûrs d’eux, mais il faut commencer. J’ai ressenti ça lors de mon premier mois à Plastitube il y a 40 ans, puis lors du changement de Plastitube à Mougin Frères, et de Mougin Frères à H Agencement… Mais finalement, on s’aperçoit qu’on n’a pas besoin d’attendre 6 mois pour voir que ça va aller. Les successeurs seront bien ici.

GH : Un petit mot pour la fin ?

FG : Je suis très heureux d’avoir choisi ce métier là pour ma carrière. D’habitude, dans une entreprise, ce sont les ouvriers qui changent, là ce sont les patrons. Ma carrière a évolué au fil de ces 41 années et demi dans la menuiserie. Je n’ai pas vu le temps passer. Merci pour toutes ces années. Je suis content d’avoir terminé ma carrière dans de très bonnes conditions avec le Groupe H, d’avoir vu ces changements et ces améliorations dans les conditions de travail avant mon départ à la retraite. Je ne doute pas de l’avenir de la menuiserie H Agencement, c’est remarquable tout ce qu’il s’est passé en trois ans. Un tel investissement sur une si courte durée, c’est du jamais vu.

Le Groupe H se sépare d’un précieux compagnon de travail, mais est fier de voir partir Frédéric avec le sourire, et la tête remplie de nouveaux projets. Si son témoignage vous a touché, et que vous vous projetez dans une carrière telle que la sienne, sachez que H Agencement recrute de nouveaux collaborateurs, en tant que menuisier bois et menuisier aluminium. Qui sait, peut-être que dans 40 ans, ce seront vos mots que nous lirons ici ?

départ à la retraite de notre menuisier Frédéric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 2 =